silence

respirer comme un arbre

Chaque fois que tu te sentiras perdu, indécis, pense aux arbres, souviens toi de leur façons de pousser.
Souviens-toi qu’un arbre avec beaucoup de feuillage et peu de racines peut être déraciné au moindre coup de vent, tandis que, dans un arbre avec beaucoup de racines et peu de feuillage, la sève court difficilement.
Racines et feuillage doivent pousser dans les mêmes proportions, tu dois être dans les choses et au-dessus, ainsi seulement tu pourras offrir ombre et refuge, te couvrir de fleurs et de fruits quand ce sera la saison.
Et puis quand plusieurs routes s’offriront à toi et que tu ne sauras pas laquelle choisir, n’en prends pas une au hasard, mais assieds-toi et attends.
Respire profondément, avec confiance, comme le jour où tu es venu au monde, sans te laisser distraire par rien, attends encore et encore.
Ne bouge pas, tais-toi et écoute ton cœur.
Puis, quand il te parlera, lève-toi et va où il te porte.

Susanna Tamaro

 

Arbre

les quatre baumes de guérison

« Dans de nombreuses traditions chamaniques, si vous alliez voir un(e) chaman ou un(e) homme/femme médecine pour vous plaindre d’être découragé, abattu, ou déprimé, ils poseraient une de ces quatre questions. Quand avez-vous arrêté de danser ? 
Quand avez-vous arrêté de chanter ? 
Quand avez-vous cessé d’être enchanté par les histoires ? 
Quand avez-vous arrêté de trouver le réconfort dans le doux territoire du silence ?
Car lorsque nous avons arrêté de danser, chanter, être enchanté par les histoires, ou de trouver un réconfort dans le silence, c’est là que nous avons l’expérience de la perte de l’âme. 
La danse, le chant, les contes et le silence sont les quatre baumes de guérison universels. »

Gabrielle Roth

33b.jpg

accueillir le silence

Sachons accueillir la solitude et le silence, dans la confiance absolue.

chopra-choix-1.jpg

la vie à l'état pur

L'amour est le miracle d'être un jour entendu

jusque dans nos silences, et d'entendre en retour

avec la même délicatesse : la vie à l'état pur,

aussi fine que l'air qui soutient

les ailes des libellules

et se réjouit de leur danse.

Christian Bobin

img-2824.jpg