divin

amour divin, amour humain

Amour divin, amour humain, amour ...

Le Seigneur aimait Marie plus que tous les disciples, et Il l'embrassait souvent sur la bouche. Les autres disciples le virent aimant Marie, et Lui dirent : "Pourquoi l'aimes-tu plus que nous tous ?"
Le Sauveur répondit, et dit : "Comment se fait-il que je ne vous aime pas autant qu'elle ?"
(...)
Si Yeshoua, considéré comme le Messie, comme le Christ, n'assume pas la sexualité, celle-ci n'est pas sauvée, Il n'est plus le Sauveur au sens plénier du terme, et c'est une logique de mort plus que de vie qui s'installera dans le Christianisme, particulièrement le Christianisme romano-occidental.
(...)
L’Évangile de Marie, comme les autres Évangiles, nous invite à nous rendre libres à l'égard de nos dualités, qui nous " diabolisent ", nous déchirent.
Il ne s'agit pas de nier le corps ou la matière, mais, à travers notre non-appropriation et notre non-identification à ce plan du Réel, de les sanctifier, de les transfigurer, et -comme Myriam de Magdala à la suite de son "Bien-Aimé"- d'apprendre par l'imagination créatrice à mettre de l'Amour là où il n'y en a pas, là où, dans notre intelligence et notre désir "arrêtés", "entravés", en "état d'arrestation", il n'y en a plus...

Comme à Cana, si nous voulons vivre les noces, il nous faut imaginer l'ignorance réciproque transformée, par la parole inattendue, en amitié plus douce et "meilleure" que la passion des commencements; l'eau grise du quotidien réellement enivrée et changée en vin.

Il nous faut vivre le songe amoureux et éveillé de la Magdaléenne : la mort "passée" et "traversée", enfin "comprise" dans l'espace de la Résurrection.

L’Évangile de Marie ~~ Jean- Yves Leloup.
Cana