beaux textes à partager

aimer ce qui est

Par Le 14/05/2016

"Plus on se comprend, soi-même et ses émotions, clairement et distinctement, et plus on aime ce qui est." Baruch Spinoza

Img 2444

 

de toutes façons

Par Le 24/02/2016

Les gens sont souvent déraisonnables, irrationnels et égocentriques. Pardonnez-leur de toute façon.

Si vous êtes gentils, les gens pourront vous accuser d’hypocrisie ou d’arrière-pensée égoïste. 
Soyez gentil de toute façon.

Si vous réussissez, vous gagnerez des amis infidèles et de véritables ennemis. 
Réussissez de toute façon.

Si vous êtes honnêtes et sincères les gens peuvent vous tromper. 
Soyez honnêtes et sincères de toute façon.

Ce que vous passez des années à créer, certains pourront le détruire en un instant. 
Créez de toute façon.

Si vous trouvez la sérénité et bonheur, certains pourront être jaloux. 
Soyez heureux de toute façon.

Le bien que vous faites aujourd’hui sera souvent oublié. 
Faites le bien de toute façon.

Donnez le meilleur que vous ayez et ce ne sera jamais assez. 
Donnez le meilleur de toute façon.

En dernière analyse, c’est entre vous et vous même. 
Cela n’a jamais été entre vous et eux de toute façon.

Mère Teresa

Photo libre de droit, Flora Douville

Fleursflora

à chaque moment nous commençons du neuf

Par Le 13/02/2016

Actualité : accompagnement à l'aide du composé floral "Maturité" de chez DEVA.

Franchir des seuils de compréhension et accéder à une forme de sagesse.

Fleurs d'Amandier, de Bouleau, d'Hibiscus, de Noyer et de Sauge, qui raniment en moi vitalité et joie de vivre pour une nouvelle harmonie dans une juste relation avec moi-même et avec le temps qui passe.

"De notre conception à notre mort, la vie est conçue comme un chemin d’initiation, un cycle d’expériences successives. La roue qui va tourner son grand tour est à chaque point où son cercle ferré touche le sol à son point de départ. Chaque instant est le début, chaque nouveau jour, chaque nouveau livre, chaque nouvelle rencontre. A chaque moment nous commençons du neuf. […] La vie ne commence de faire mal, très mal, que lorsque nous ne nous laissons pas porter par son courant […]. 
Retenir le flux de l’existence, c’est oublier que la vie est l’art de la métamorphose. La femme que vous avez devant vous a déjà enterré un enfant, l’enfant qu’elle a été ; joyeux, il chantait et dansait ; puis une adolescente embarrassée de ses jambes. J’ai enterré aussi une jeune femme, une jeune mère. J’ai enterré une femme mûre. Je viens même d’enterrer la femme féconde que j’étais ; c’est-à-dire que je suis entrée dans ma seconde fécondité. Et j’enterrerai cette femme mûrissante que je suis en devenant la femme vieille qui est en moi ; puis la très vieille femme ; puis, la morte et celle qui fera le passage vers l’autre rive.

Ainsi, chaque fois que j’ai quitté un espace, je suis entrée dans un autre. 
Ce n’est pas facile. C’est dur de quitter le pays de l’enfance ; c’est dur de quitter le pays de la jeunesse ; c’est dur de quitter l’épanouissement féminin, de quitter la fécondité. 
D’un pays à l’autre, d’un espace à l’autre, il y a le passage par la mort. Je quitte ce que je connaissais et je ne sais pas où je vais. Je ne sais pas où j’entre. Traiter ce passage comme s’il allait de soi ? Bien sûr que non : ce serait légèreté. Mais, puisque plusieurs fois déjà j’ai fait l’expérience qu’en quittant un " pays " j’entrais dans un autre d’une égale richesse sinon d’une plus grande richesse, pourquoi donc hésiterais-je devant la vieillesse ?

Christiane Singer"

Je vous invite à aller sur ce site http://catcairn.wix.com/cc#!l'artiste pour rencontrer le beau travail de Catherine Cairn, et merci à San Jee de m'avoir offert cette découverte !

Catherine cairn

 

l'amour nu

Par Le 18/12/2015

Nous aimons si peu, ou si mal, avec une moitié de nous-mêmes et nous aimons chez l’autre quelques morceaux choisis, les plus connus, ceux qui font le moins peur. C’est si rare d’aimer quelqu’un entièrement, ce qui nous plaît et ce qui ne nous plaît pas, c’est si rare d’être aimé entièrement avec nos creux d’ombre, nos torses de lumière.
J’avoue que j’ai vécu, j’avoue que je suis blessée, mais ces blessures sont aussi ma beauté. L’amour, c’est ne plus avoir besoin de se cacher, de dérober à l’autre son plus mauvais profil, pouvoir enfin se montrer nue à quelqu’un qui n’en profitera pas pour affirmer sa puissance.
Être nue dans un regard qui respecte notre force et notre fragilité, tout est si précieux, si éphémère…
Tout ce qu’on fait sans amour est du temps perdu, tout ce qu’on fait avec amour est de l’éternité retrouvée...

Jean-Yves Leloup

Img 2088

l'amour véritable selon le bouddhisme

Par Le 15/10/2015

Selon le bouddhisme, il y a quatre composantes de l’amour véritable. 


1— Maitrî, qui peut se traduire par bonté aimante, bienveillance.

La bonté aimante n’est pas seulement la volonté de rendre une personne heureuse, d’offrir de la joie à cette personne aimée. C’est la capacité d’offrir de la joie, du bonheur, à la personne que vous aimez ; car même si vous avez l’intention de l’aimer, votre amour peut faire souffrir cette personne. 
Il faut de l’entraînement pour pouvoir aimer correctement ; et pour pouvoir offrir du bonheur, de la joie, vous devez pratiquer le regard profond dirigé vers cette personne-là. Parce que si l’on ne comprend pas la personne, on ne peut pas l’aimer correctement. La compréhension est l’essence de l’amour. Si l’on ne peut pas comprendre, on ne peut pas aimer. Tel est le message du Bouddha. Si le mari, par exemple, ne comprend pas les difficultés les plus profondes de sa femme, son aspiration la plus profonde, s’il ne comprend pas sa souffrance, il ne pourra pas l’aimer comme il faut. Sans compréhension, l’amour n’est pas une chose possible. 
Comment faire pour comprendre une personne ? Il faut avoir du temps, il faut pratiquer le regard profond dirigé vers cette personne. Il faut être là, attentif, il faut observer, il faut regarder. Et le fruit de ce regard profond s’appelle la compréhension. L’amour est une chose véritable s’il est fait d’une substance appelée compréhension. 


2— La deuxième composante de l’amour véritable est la compassion : Karunâ.

Ce n’est pas seulement la volonté de soulager la douleur chez une autre personne, mais la capacité de le faire. Il faut pratiquer le regard profond pour bien comprendre la nature de la souffrance de cette personne, afin de pouvoir l’aider à se transformer. La connaissance, la compréhension sont toujours à la base de la pratique. La pratique de la compréhension, c’est la pratique de la méditation. Méditer, c’est regarder profondément dans le cœur des choses. 


3— La troisième composante de l’amour véritable, c’est la joie : Muditâ.

S’il n’y a pas de joie dans l’amour, il ne s’agit pas d’amour véritable. Si l’on souffre tout le temps, si l’on pleure tout le temps et si l’on fait pleurer celui ou celle que l’on aime, ce n’est pas véritablement de l’amour, c’est même son opposé. Si dans votre amour il n’y a pas de joie, vous pouvez être certain qu’il ne s’agit pas d’amour véritable. 


4— La quatrième composante est Upékshâ, l’équanimité, ou bien encore la liberté.

Dans l’amour véritable, on obtient la liberté. Quand on aime, on offre la liberté à celui ou à celle qu’on aime. Dans le cas contraire ce n’est pas de l’amour véritable. Il faut aimer de telle sorte que la personne aimée se sente libre, non seulement autour d’elle mais aussi à l’intérieur. « Chéri(e), as-tu assez d’espace dans ton cœur et autour de toi ? » Voilà une question intelligente pour vérifier si votre amour est une chose véritable.


Thich Nhat Hanh


* Vivre en pleine conscience - paix et joie dans les tribulations de la vie - Ed Terre du Ciel - 1997 *

Merveilleux petit ouvrage de Thich Nhat Hanh, le vénérable moine bouddhiste vietnamien.

http://www.thich-nhat-hanh.fr/

Thichnhathanh

respirer comme un arbre

Par Le 15/10/2015

Chaque fois que tu te sentiras perdu, indécis, pense aux arbres, souviens toi de leur façons de pousser.
Souviens-toi qu’un arbre avec beaucoup de feuillage et peu de racines peut être déraciné au moindre coup de vent, tandis que, dans un arbre avec beaucoup de racines et peu de feuillage, la sève court difficilement.
Racines et feuillage doivent pousser dans les mêmes proportions, tu dois être dans les choses et au-dessus, ainsi seulement tu pourras offrir ombre et refuge, te couvrir de fleurs et de fruits quand ce sera la saison.
Et puis quand plusieurs routes s’offriront à toi et que tu ne sauras pas laquelle choisir, n’en prends pas une au hasard, mais assieds-toi et attends.
Respire profondément, avec confiance, comme le jour où tu es venu au monde, sans te laisser distraire par rien, attends encore et encore.
Ne bouge pas, tais-toi et écoute ton cœur.
Puis, quand il te parlera, lève-toi et va où il te porte.

Susanna Tamaro

 

Arbre

les quatre baumes de guérison

Par Le 07/10/2015

« Dans de nombreuses traditions chamaniques, si vous alliez voir un(e) chaman ou un(e) homme/femme médecine pour vous plaindre d’être découragé, abattu, ou déprimé, ils poseraient une de ces quatre questions. Quand avez-vous arrêté de danser ? 
Quand avez-vous arrêté de chanter ? 
Quand avez-vous cessé d’être enchanté par les histoires ? 
Quand avez-vous arrêté de trouver le réconfort dans le doux territoire du silence ?
Car lorsque nous avons arrêté de danser, chanter, être enchanté par les histoires, ou de trouver un réconfort dans le silence, c’est là que nous avons l’expérience de la perte de l’âme. 
La danse, le chant, les contes et le silence sont les quatre baumes de guérison universels. »

Gabrielle Roth

33b.jpg

ne confondez pas relation, couple et amour

Par Le 16/07/2015

Deux personnes qui se rencontrent, c’est deux mondes qui se rencontrent. La chose n’est pas simple, mais au contraire très complexe, la plus complexe qui soit. Chaque personne est un monde en elle-même : un mystère complexe, avec un lointain passé et un futur éternel. 

Au départ de la relation, seules les périphéries se rencontrent. Mais si la relation croît en intimité, devient plus proche, devient plus profonde, alors peu à peu, les centres commencent à se rejoindre. Lorsque les centres se rejoignent, c’est ce qu’on appelle l’amour. Lorsque les périphéries se rencontrent, cela s’appelle faire connaissance. Vous prenez contact avec l’autre, de l’extérieur, juste à partir du bord : vous faîtes alors connaissance. Fréquemment, vous vous mettez à appeler votre rencontre amour. Vous êtes alors dans l’erreur. Faire connaissance n’est pas aimer.

L’amour est chose très rare. Rencontrer quelqu’un en son centre, c’est passer soi-même par une révolution, car si vous voulez rencontrer quelqu’un en son centre, il vous faudra lui permettre d’arriver, lui aussi à votre centre. Il vous faudra devenir vulnérable, absolument vulnérable, ouvert. C’est risqué. Laisser arriver quelqu’un à votre centre est risqué, dangereux, car vous ne savez pas ce qu’il va vous faire. Et une fois tous vos secrets connus, une fois votre intimité dévoilée, une fois que vous êtes complètement exposée, que fera-t-il ? Vous ne le savez pas. Et la peur est là. C’est pourquoi nous nous ouvrons jamais.

Une simple rencontre et nous pensons que l’amour est arrivé. Les périphéries se touchent et nous croyons que nous sommes rencontrés. Vous n’êtes pas votre périphérie. En réalité, la périphérie est la frontière où vous finissez, c’est la palissade qui vous entoure. Ce n’est pas vous ! La périphérie est le lieu où vous finissez et où commence le monde. Même des maris et des femmes qui auraient vécu ensemble depuis de nombreuses années peuvent être des étrangers, ils ne se connaissent pas l’un l’autre. Et plus longtemps vous vivez avec quelqu’un, plus vous oubliez complètement que vos centres sont restés inconnus.

La première chose à comprendre est donc : ne confondez pas relation, couple et amour. Même si vous faites l’amour, même si vous avez une relation sexuelle, le sexe est, lui aussi, à la périphérie. A moins que les centres se rencontrent, le sexe n’est que la rencontre de deux corps. Et la rencontre de deux corps n’est pas votre rencontre. Le sexe, lui aussi, reste une relation superficielle – physique, corporelle, mais toujours superficielle. Mais vous ne pouvez permettre à quelqu’un de pénétrer jusqu’en votre centre que si vous n’avez pas peur, que si vous n’avez aucune crainte.

Aussi, je vous dis qu’il y a deux sortes d’existence. L’une est dirigée par la peur, l’autre par l’amour. Vivre dans la peur ne pourra jamais vous permettre une relation profonde. Vous restez craintif et vous ne pouvez laisser faire l’autre : vous ne pouvez lui permettre d’entrer en vous vraiment jusqu’à votre cœur. Vous tolérez l’autre jusqu’à un certain point, et puis c’est le mur et tout s’arrête.

Celui dont la vie est tournée vers l’amour est l’être religieux et spirituel. Etre tourné vers l’amour veut dire : ne pas avoir peur de l’avenir, ne pas avoir peur du résultat ni des conséquences : vivre ici et maintenant.

Osho

le mental, par Arnaud Desjardins

Par Le 09/07/2015

Arnaud d

 

«L’expérience de l’humanité nous montre qu’un certain nombre d’êtres humains ont été rayonnants de bonheur dans des conditions qui apparaissent hostiles ou adverses, simplement parce qu’aucun conflit n’existait en eux. Leur monde et le monde coïncidaient et ils étaient aussi heureux dans l’abandon, la trahison, la souffrance et la maladie, que vous, vous l’êtes au bord d’une belle mer bleue et tiède sur une plage de sable propre, sous un soleil chaud, en vacances, quand tout se passe exactement comme vous voulez que tout se passe.

 

La différence entre celui qui vit dans le sommeil et celui qui est éveillé, celui qui vit dans l’ignorance et celui qui vit dans la connaissance, celui qui vit dans la prison et celui qui est libéré, est là. Et le véritable disciple d’un chemin, que ce soit le yoga, le vedanta, le christianisme, le bouddhisme ou que ce soit l’enseignement d’Héraclite, de Socrate ou de Marc-Aurèle, c’est celui qui a définitivement compris, avec son intelligence et avec son coeur, les vérités si simples que je viens d’exprimer. Il s’est attaché à cette tâche qui paraît peut-être surhumaine : je vais retourner la situation, je vais transformer mes mécanismes intérieurs, je vais dissiper, désagréger tout ce qui en moi refuse que ce qui est soit et exige ce qui n’est pas – jusqu’à ce que j’aie atteint le but. Bien sûr, vous aurez à lutter avec des mécanismes très complexes que les sciences humaines modernes redécouvrent, et que le yoga et le vedanta ont minutieusement étudiés autrefois. Vous aurez à voir d’abord que tout en vous se cabre et résiste à ce mouvement d’adhésion. Les peurs, les désirs, les demandes (vasanas) sont là, en vous, à l’état latent.

 

C’est un travail que chacun doit faire pour soi. Personne ne peut manger et digérer à votre place, personne ne peut respirer à votre place, personne ne peut épurer chitta pour vous et vous libérer de l’emprise des vasanas et des samskaras. On peut vous aider, on peut vous guider, on peut vous stimuler, mais le travail c’est vous qui devez le faire personnellement.


C’est à vous de voir, pour vous, la réalité de ces impressions et de ces demandes que vous portez en vous et qui se lèvent, qui se dressent, qui crient, qui parfois hurlent pour faire triompher votre monde sur le monde ou pour refuser le monde, et qui vous conduisent dans une voie sans issue.
Tant que ces empreintes et ces désirs sont actifs dans les profondeurs, vous ne serez jamais en paix. De deux façons. La première c’est que, quand vous êtes en contact avec l’extérieur, vous ne pouvez jamais être en prise simple, directe, immédiate avec cet extérieur. Vous serez toujours amenés à « penser » à propos de cet extérieur, à le vouloir quelque peu différent.

 

Le mental apparaît comme un écran entre l’extérieur et vous, comme si vous aviez sur les mains une paire de gants que vous n’enlevez jamais et qu’ensuite, avec ces mains gantées, vous essayiez de toucher du lisse, du rugueux, du granulé. Vous auriez toujours une seule impression, celle de vos gants. Votre mental vous emprisonne dans votre monde. Vous n’êtes même plus en contact avec la surface des phénomènes, comment voudriez-vous être en contact avec la profondeur ? De l’inconscient, monte et s’impose ce fonctionnement qui, une fois qu’il est devenu conscient, s’appelle manas, le mental.

 

D’autre part, si vous essayez de rentrer en vous-même, d’être silencieux, vide, immobile, pour découvrir la source même de la vie, la pure Conscience, vous serez assailli par les associations d’idées, les distractions, les envies de bouger et, même en vous acharnant pendant des années à méditer, vous ferez très peu de progrès. Si la source des agitations, des tensions mentales, émotionnelles et physiques a été tarie, la méditation devient un état naturel, aisé, spontané. Par conséquent, il ne faut pas s’étonner si le travail sur l’inconscient fait partie du célèbre yoga de Patanjali et il ne faut pas s’étonner non plus si le travail sur l’inconscient fait partie de l’adhyatma yoga de Swâmi Prajnanpad.»

 

Vasana : désir, demande, propension à agir, imprégnation dynamique tendant vers l'action.

Samskara : impressions latentes, résidus subconscients.

Chitta : l'inconscient

 

Arnaud Desjardins (Le vedanta et l'inconscient, chap.3)

 

les caresses

Par Le 19/04/2015

"Non seulement les caresses possèdent une vertu tranquillisante et anti-douleur,

mais en plus elles participent à la constitution de l'identité et à l'émergence de la pensée."

Boris Cyrulnik

Arbresembrasses

vivre dans ta propre bibliothèque

Par Le 08/04/2015

"C'est cela aussi vivre. Mais à l'intérieur de notre esprit - je crois que c'est à l'intérieur de notre esprit - il y a une petite pièce dans laquelle nous stockons le souvenir de toutes ces occasions perdues. Une pièce avec des rayonnages, comme dans cette bibliothèque, j'imagine. Et il faut que nous fabriquions un index, avec des cartes de références, pour connaitre précisément ce qu'il y a dans nos cœurs. Il faut aussi balayer cette pièce, l'aérer, changer l'eau des fleurs. En d'autres termes, tu devras vivre dans ta propre bibliothèque." Haruki Murakami
Kafka sur le rivage

au commencement est l'intention

Par Le 01/04/2015

Le printemps appelle au renouveau, au partage et à la matérialisation de nouvelles intentions, issues des réflexions de l'hiver.

J'ai besoin en cette saison d'être particulièrement attentive au pouvoir de la parole, véhicule de mon pouvoir créateur. C'est très simple. Par exemple, marcher dans la nature et en silence, en calant ma respiration sur mes pas, après avoir relu un chapitre des accords toltèques. Donc 4 belles marches en perspective !  Bien entendu, si vous préférez pédaler, nager ou tricoter, cela fonctionne aussi, pourvu que votre mental soit au repos, ou au service de votre coeur !

Accords tolteques photo 2

même si je ne sais pas comment

Par Le 26/03/2015

1. Je choisis de vivre tous les jours la grâce et la bénédiction divine même si je ne sais pas comment
2. Je choisis de rester fidèle au Divin même si je ne sais pas comment
3. Je choisis d'avoir un travail épanouissant, bien rémunéré et de le garder même si je ne sais pas comment
4. Je choisis d'avoir un(e) époux(se) qui puisse me comprendre même si je ne sais pas comment
5. Je choisis que la bénédiction Divine soit sur moi et sur ma famille même si je ne sais pas comment
6. Je choisis d'avoir assez de ressources pour couvrir mes ambitions même si je ne sais pas comment
7. Je choisis d'avoir une santé de fer et un corps épanoui même si je ne sais pas comment
8. Je choisis que les circonstances me soient toujours favorables même si je ne sais pas comment
9. Je choisis de vivre la Magie au quotidien dans ma vie même si je ne sais pas comment
10. Je choisis la paix pour le Monde même si je ne sais pas comment
11. Je choisis pour ma famille et mon entourage, la paix, la prospérité et une longue vie même si je ne sais pas comment
12. Je choisis que le Divin m'accorde ce voeu même si je ne sais pas comment
  
Je crois qu'en demandant toute situation est débloquée dans notre vie par la grâce du Créateur.
« Si la seule prière que vous dites dans votre vie c'est MERCI, cela suffit. » Eckhart Tolle
soleil-st-brevin-dec-2012.jpg
 

leçons de Vie

Par Le 23/03/2015

"J'aurais voulu être professeur de vie.

J'aurais appris aux enfants, aux adultes aussi, tout ce qui n'est pas dit dans les livres.

Je leur aurais appris les choses délicates de la vie. Qu'un amour entretenu ne s'use pas, que la seule liberté qui vaille d'être vécue est la liberté d'être, qu'il est important de prendre le temps de regarder un nuage, de suivre le vol d'un oiseau, de se laisser surprendre par l'infime des choses de la vie.

Qu'il est important d'apprendre à s'aimer, à se respecter, à se définir.

Qu'il est encore plus important de ne pas se laisser enfermer dans les jugements, de résister aux rumeurs, aux idées toutes faites, aux modes.

J'aurais essayé de leur apprendre à remettre en cause leurs croyances quand elles sont devenues des certitudes, pour laisser plus de place à l'imprévisible de la vie."

Jacques SaloméFleur blanche

 

appeler le meilleur

Par Le 07/03/2015

"C'est une drôle de chose à propos de la vie :

si vous n'acceptez que le meilleur, très souvent, vous l'obtenez."

William Somerset Maugham

Marguerite

la source de vie

Par Le 02/02/2015

Sagesse du couple et de la vie en société.
Tout simplement, être soi-même et faire circuler et pétiller la vie en soi.
"Pourquoi tant d’hommes et de femmes qui éprouvaient d’abord une grande attirance l’un pour l’autre finissent par ne plus se supporter? Parce qu’ils n’ont pas su entretenir la vie en eux, l’embellir, la rendre poétique.
Car, inconsciemment, c’est la vie que tous cherchent, ils ne cherchent même que cela. Et la vie est toujours liée à l’amour. Lorsque vous aimez un être, vous pouvez donner toutes les explications que vous voulez, en réalité il n’y a pas d’explication; si vous l’aimez, c’est à cause de la vie qui émane de lui, cette vie qui prend différentes formes – beauté, bonté, pureté, intelligence, paix, etc.
Parce qu’ils ne savent pas renouveler la vie en eux, les gens s’ennuient et ennuient les autres. Alors, si vous voulez ne pas vous ennuyer et si vous voulez être aimé, sachez entretenir en vous la source de la vie, toujours nouvelle, toujours jaillissante."
Omraam Mikhaël Aïvanhov
"Pensées Quotidiennes 2015", 16 janvier - Éditions Prosveta - www.prosveta.fr, www.prosveta.com
Msm 141213

construire

Par Le 30/12/2014

«On peut aussi construire quelque chose de beau avec les pierres qui entravent le chemin.» Goethe

10.jpg

soyez une lumière pour vous-même

Par Le 25/10/2014

Les derniers mots de Gautam Bouddha sur la terre furent « Soyez une lumière pour vous-même. » Ne vous souciez pas ce que disent les autres, ne vous souciez pas des traditions, des orthodoxies, des religions, des morales. Soyez simplement une lumière pour vous-même. Une simple petite lumière est suffisante, et vous pouvez avancer avec cette petite lumière pendant des milliers de kilomètres sans aucune difficulté.
Votre lumière peut n’éclairer que deux mètres devant vous — cela suffit pour avancer. Alors que vous avancez, la lumière avance, et si vous pouvez voir à deux mètres devant vous, cela suffit. Vous pouvez aller aussi loin que vous le souhaitez. Vous pouvez accomplir un pèlerinage éternel avec votre simple petite lumière.
Ne vivez pas de la lumière des autres. Ne vivez pas par le regard des autres. Ne vivez pas avec des concepts empruntés aux autres.
Vivez en fonction de votre propre lumière et votre vie sera, chaque instant, une plus grande joie, une plus grande félicité, une plus grande extase.
Osho

Arum coeur

regards

Par Le 05/10/2014

"Rien ne ressemble davantage à la source céleste dont nous sommes issus que les beautés qui s'offrent ici-bas aux regards des gens perspicaces."

Michel-Ange

Img 960

amour, avoir, être

Par Le 09/09/2014

"Je ne peux pas t’avoir mais, comme je t’aime, je peux t’être."
Jacques Prévert

Fleurs coeur

un cadeau de Christian Bobin au petit matin

Par Le 31/08/2014

"L'âme nait au point de rencontre de notre néant avec la lumière qui nous en sauve."

Christian Bobin (la grande vie)

Believe

J'ai appris beaucoup ...

Par Le 15/08/2014

"Je devrais plutôt tenter de dire ce que les rencontres, les séparations, les découvertes, les éblouissements comme les désespérances m’ont appris dans le sens de me découvrir, de me construire, d’influencer le déroulement de mon existence.

J’ai ainsi appris que la vie n’est faite que de rencontres et de séparations et qu’il nous appartient de les vivre en acceptant de nous responsabiliser face à chacune.

J’ai appris encore qu’il y a toujours une part d’imprévisible dans le déroulement des jours et donc qu’il m’appartenait de savoir accueillir les cadeaux inouïs ou les blessures qui peuvent surgir dans l’immensité d’un jour.

J’ai appris bien sûr à vivre au présent, à entrer de plein-pied dans l’instant, à ne pas rester enfermé dans mon passé ou me laisser envahir par des projections sur un futur trop chimérique.

J’ai appris tardivement à remercier, chaque matin, la Vie d’être présente en moi et autour de moi, à l’honorer chaque fois que cela m’est possible, à la respecter en toute occasion, à la dynamiser avec mes ressources et mes limites.

J’ai appris difficilement à m’aimer, non d’un amour narcissique ou égocentrique (même si la tentation était grande) mais d’un amour de bienveillance, de respect et de tolérance.

J’ai appris avec beaucoup de tâtonnements à me respecter en osant dire non quand je suis confronté à des demandes qui ne correspondent pas à mes possibles ou à ma sensibilité.

J’ai appris avec enthousiasme que la beauté est partout, dans le vol d’un oiseau, comme dans le geste d’un enfant pour tenter de capter le vol d’un papillon ou encore dans le sourire d’un vieillard qui croise mon chemin.

J’ai appris patiemment que nul ne sait à l’avance la durée de vie d’un amour et que toute relation amoureuse est une relation à risques. Des risques que j’ai pris.

J’ai appris douloureusement que je n’avais pas assez pris de temps pour regarder mes enfants quand ils étaient enfants, que j’aurais dû savoir jouer et rire avec eux, plus souvent et surtout chaque fois qu’ ils me sollicitaient ; que je n’avais pas su toujours les entendre et les accueillir dans leurs attentes profondes et surtout que j’avais trop souvent confondu mon amour pour eux avec quelques-unes de mes peurs, tant je voulais le meilleur pour eux, tant je désirais les protéger des risques (que j’imaginais) de la vie.

J’ai appris avec beaucoup de surprise que le temps s’accélérait en vieillissant et qu’il était important non pas d’ajouter des années à la vie, mais de la vie aux années.

J’ai appris malgré moi que je savais beaucoup de choses avec ma tête et peu de choses avec mon cœur.

J’ai appris que je pouvais oser demander, si je prenais le risque de la réponse de l’autre, aussi frustrante ou décevante qu’elle puisse être, que je pouvais recevoir sans me sentir obligé de rendre, que je pouvais donner sans envahir l’autre et refuser sans le blesser.

J’ai appris sans même le vouloir, que j’avais des besoins et qu’il ne fallait pas les confondre avec des désirs.

J’ai appris avec soulagement que je pouvais désapprendre tout l’inutile dont je me suis encombré pendant des années.

J’ai appris joyeusement à planter des arbres. C’est le cadeau le plus vivant que je peux faire jusqu’à ma mort à cette planète merveilleuse qui a accueilli mes ancêtres et surtout mes géniteurs.

J’ai appris doucement à recevoir le silence et à méditer quelques minutes chaque jour pour laisser aux vibrations de l’univers la possibilité de me rejoindre et de m’apprivoiser encore un peu.

Oui j’ai appris beaucoup et pourtant je cherche encore l’essentiel."

Jacques Salomé

Img 0077b

choisir ses priorités

Par Le 09/08/2014

Chaque jour je reçois un message dans ma boite Mail de "Conversation avec Dieu" ... Abonnez-vous en suivant ce lien, ça tombe souvent pile-poil sur le besoin du moment et ça fait toujours beaucoup de bien ! Voici celui d'hier, formidable pour moi !...

En ce jour de votre vie, je crois que Dieu souhaite que vous sachiez …
que la raison pour laquelle vous êtes sur Terre a peu de choses
à voir avec ce à quoi vous passez le plus clair de votre temps.

Peut-être pourriez-vous réorganiser vos priorités juste un peu,
prêter plus attention à votre âme, vous ne pensez pas ? Quand
était-ce la dernière fois où vous avez médité même une demi-heure ?
où vous vous êtes assis pour lire quelque chose de spirituel et inspirant ?

Parlez-vous à Dieu tous les jours ? Pourquoi ne pas faire
durer la conversation un peu plus longtemps ?

Avec tout mon amour, votre ami ..
Neale

la raison pour laquelle vous êtes sur Terre a peu de choses à voir avec ce à quoi vous passez le plus clair de votre temps

Tout est énergie

Par Le 30/07/2014

« Tout est énergie et c'est tout ce qu'il y a. Correspondez à la fréquence de la réalité que vous voulez et vous ne pourrez pas vous empêcher d'obtenir cette réalité. Il ne peut exister aucune autre voie. Ce n'est pas de la philosophie. C’est de la physique. » Albert Einstein

Tournesol fibonacci

être en vie

Par Le 28/07/2014

"Les gens disent que c'est le sens de la vie que nous recherchons tous. Je ne crois pas que ce soit là l'objet de notre quête. Je crois que ce que nous recherchons, c'est l'expérience d'être en vie." Joseph Campbell

Mains de nature

C'est le chemin de ma vie, et celui sur lequel je vous invite.

la crise selon Christiane Singer

Par Le 27/07/2014

La crise selon Christiane Singer

J’ai gagné la certitude que les catastrophes sont là pour nous éviter le pire. Et le pire, comment pourrais-je exprimer ce qu’est le pire ? Le pire, c’est bel et bien d’avoir traversé la vie sans naufrages, d’être resté à la surface des choses, d’avoir dansé au bas des ombres, d’avoir pataugé dans ce marécage des on-dit, des apparences, de n’avoir jamais été précipité dans une autre dimension. Les crises, dans la société où nous vivons, elles sont vraiment ce qu’on a encore trouvé de mieux, à défaut de maître, quand on n’en a pas à portée de main, pour entrer dans l’autre dimension. Dans notre société, toute l’ambition, toute la concentration est de nous détourner, de détourner notre attention de tout ce qui est important. Un système de fils barbelés, d’interdits pour ne pas avoir accès à notre profondeur.

C’est une immense conspiration, la plus gigantesque conspiration d’une civilisation contre l’âme, contre l’esprit. Dans une société où tout est barré, où les chemins ne sont pas indiqués pour entrer dans la profondeur, il n’y a que la crise pour pouvoir briser ces murs autour de nous. La crise, qui sert en quelque sorte de bélier pour enfoncer les portes de ces forteresses où nous nous tenons murés, avec tout l’arsenal de notre personnalité, tout ce que nous croyons être.

Récemment sur une autoroute périphérique de Berlin où il y a toujours de terribles embouteillages, un tagueur de génie avait inscrit sur un pont la formule suivante : "Détrompe-toi, tu n’es pas dans un embouteillage, l’embouteillage c’est toi !".

Nous sommes tous spécialisés dans l’esquive, dans le détournement, dans le "divertissement" tel que le voyait Pascal. Il n’y a au fond que cette possibilité, subitement, de se dire : "Oui mais tout cela, tout ce qui m’enserre, tout ce qui m’étrangle, mais c’est moi !"
Fillle soleil jupe

lettre à mon corps, Jacques Salomé

Par Le 26/06/2014

Bonjour mon corps,

C’est à toi que je veux dire aujourd’hui combien je te remercie de m’avoir accompagné(e) si longtemps sur les chemins de ma vie.

Je ne t’ai pas accordé l’intérêt, l’affection ou plus simplement le respect que tu mérites.
Souvent, je t’ai même maltraité, matraqué de reproches violents, ignoré par des regards indifférents, rejeté avec des silences pleins de doutes.

Tu es le compagnon dont j’ai le plus abusé, que j’ai le plus trahi.
Et aujourd’hui, au mi-temps de ma vie, un peu ému, je te redécouvre avec tes cicatrices secrètes, avec tes lassitudes, avec tes émerveillements et tes possibilités.

Je me surprends, surprends à t’aimer, mon corps, avec des envies de te câliner, de te choyer ou te donner du bon.
J’ai envie de te faire des cadeaux uniques, de dessiner des fleurs et des rivières sur ta peau, de t’offrir du Mozart, de te donner les rayons du soleil et de t’introduire aux rêves des étoiles.
Tout cela à la fois dans l’abondance et le plaisir.

Mon corps, je te suis fidèle.
Oh, non pas malgré moi, mais dans l’acceptation profonde de ton amour.
Oui, j’ai découvert que tu m’aimais, mon corps.
Que tu prenais soins de moi, que tu respectais ma présence.

Combien de violences as-tu affrontées pour me laisser naître, pour me laisser être, pour me laisser grandir avec toi !
Combien d’accidents as-tu traversés pour me sauver la vie !

Mon corps, maintenant que je t’ai rencontré, je ne te lâcherai plus.
Nous irons jusqu’au bout de notre vie commune….
Et quoi qu’il arrive, nous vieillirons ensemble.

Jacques Salomé

P8160945

MERCI

le courage

Par Le 17/06/2014

"Le courage, c'est risquer le connu pour l'inconnu, le familier pour le moins familier, le confortable pour le pèlerinage ardu inconfortable vers une destination inconnue. On ne sait jamais si on sera en mesure de le faire ou non. Il s'agit d'un jeu, mais seulement les joueurs savent ce qu'est la vie." - Osho

Pic 0601 062

photo du marcheur de Compostelle ... merci :)

qui es-tu ?

Par Le 22/05/2014

pour les fous d'amour fou ....

Qui es-tu ? (sagesse amérindienne)

Je ne suis pas intéressé par ce que tu fais pour vivre...
Je veux savoir ce qui brûle en toi et si tu oses rêver la réalisation de ce que tu portes dans ton cœur.

Je ne suis pas intéressé par ton âge...
Je veux savoir si tu prends le risque de passer pour un fou au nom de l'Amour, de tes rêves et de l'aventure qu'est la Vie.
Je ne suis pas intéressé à savoir quelles planètes sont en carré avec la Lune...
Je veux savoir si tu as touché le centre de ta propre tristesse, si tu as été ouvert aux trahisons de la vie ou si tu es devenu endurci et fermé par peur d'une peine prochaine.
Je veux savoir si tu peux t'asseoir avec la douleur, la mienne ou la tienne, sans bouger pour la cacher, l'amoindrir ou l'arrêter...
Je veux savoir si tu peux être dans la joie, la mienne ou la tienne, si tu peux danser avec ferveur et laisser l'extase te remplir complètement jusqu'au bout de tes doigts et de tes orteils sans nous dire de faire attention, d'être réalistes et de ne pas oublier les limites de l'être humain...
Je ne suis pas intéressé à savoir si ce que tu dis est vrai
Je veux savoir si tu es prêt à décevoir les autres pour rester Vrai avec toi-même et si tu peux supporter d'être accusé de trahison et ne pas trahir ton Ame.
Je veux savoir si tu peux être fidèle et donc digne de confiance.
Je veux savoir si tu peux voir la beauté même lorsque ce n'est pas tous les jours joli et que la source de Vie réside en sa Présence.
Je veux savoir si tu peux vivre avec les échecs, les miens et les tiens et pourtant continuer à te tenir debout au bord du lac en criant à la pleine lune : "oui".
Je ne suis pas intéressé par savoir où tu vis et combien tu gagnes...
Je veux savoir si tu peux te réveiller après une nuit de chagrin et de désespoir, de lassitude ou de douleur et faire ce qui doit être fait pour les enfants.
Je ne suis pas intéressé de savoir qui tu es et comment tu es venu jusqu'ici...
Je veux savoir si tu peux te tenir debout au milieu du feu avec moi et ne pas te dérober.
Je ne suis pas intéressé à savoir ce que tu as appris, où tu l'as appris et qui te l'a enseigné...
Je veux savoir ce qui te nourrit de l'Intérieur lorsque tout s'effondre autour de toi.
Je veux savoir si tu peux rester seul avec toi-même et si tu jouis vraiment de ta propre compagnie dans ces moments de vide.


Img 2639

le blog Rudbeckia - 15 mai 2014

Par Le 16/05/2014

Merci de tout mon coeur pour chaque étincelle de lumière reçue hier, jour de mes 50 ans. Merci pour le pétillement. Merci pour la joie et la paix. Pour l'attendu, pour l'espéré et pour l'inespéré.

Merci à la belle messagère de cette phrase et de cette image, témoins de cette date et de ma re-naissance. 

"Vint le temps où le risque de rester à l'étroit dans un bourgeon était plus douloureux que le risque d'éclore" Anaïs Nin
 

Papillon rouge

le blog Rudbeckia - amour, instant, éternité

Par Le 13/05/2014

"L'amour ne veut pas la durée. Il veut l'instant et l'éternité." Nietzsche

Coeur nuage rose

le risque d'être

Par Le 01/05/2014

La Vie vous invite au risque absolu.
Après avoir pris le risque
De sortir de l'eau primitive,
Après avoir pris le risque
De se tenir debout,
De ressentir, de penser,
La Vie vous invite au risque suprême,
Le risque d'être.
Que votre pensée ne soit qu'une force,
Votre cœur qu'un sentiment,
Votre corps tout entier qu'une sensation,
Et que de tout votre être
Il n'y ait plus que cela,
Qu'il n'y ait plus d'autre alternative
Que le risque.
Le risque, c'est le Sacrifice.
Prendre le risque d'autre, c'est prendre le risque de l'univers,
prendre le risque de Dieu.

Yvan Amar

Caillouxpas

Dans cadeaux

partages de belles vibrations

Par Le 30/04/2014

une merveille de poésie dans ces images étonnantes

Escargot framboise

et cette prestation musicale, d'une infinie beauté  ... http://www.dverso.com/quartetto-musica-classica-esegue-vivaldi-in-performance-divertente-stravagante

celle-ci est magique également, et à plus d'un titre ... quelle créativité ! http://www.dverso.com/canzone-realizzata-gli-uccelli-poggiati-cavo-elettrico

merci les artistes ! le monde a tant besoin de vous !

éloge de la consolation

Par Le 05/04/2014

"Chaque être est doué d'un don qui lui permet d'être un soutien, une consolation ou une lumière pour les autres ; mais aussi d'une faille, d'une fêlure, d'une fragilité, qui réclame l'aide d'autrui."

Frédéric Lenoir

Mandala dom2

Mandala de Dominique MOYON, Saint Nazaire ... vous aimez ? allez voir son expo actuellement au Fort de Villès Martin, et son site ultrabook.

il y a

Par Le 04/03/2014

"Il y a ce que l'on connaît, qui est étroit.
Il y a ce que l'on sent, qui est infini."

Christian Bobin

T

Vivre est une prière ...

Par Le 25/02/2014

"Vivre est une prière que seul l'amour peut exaucer."

Romain Gary

Img 2649

amour divin, amour humain

Par Le 20/02/2014

Amour divin, amour humain, amour ...

Le Seigneur aimait Marie plus que tous les disciples, et Il l'embrassait souvent sur la bouche. Les autres disciples le virent aimant Marie, et Lui dirent : "Pourquoi l'aimes-tu plus que nous tous ?"
Le Sauveur répondit, et dit : "Comment se fait-il que je ne vous aime pas autant qu'elle ?"
(...)
Si Yeshoua, considéré comme le Messie, comme le Christ, n'assume pas la sexualité, celle-ci n'est pas sauvée, Il n'est plus le Sauveur au sens plénier du terme, et c'est une logique de mort plus que de vie qui s'installera dans le Christianisme, particulièrement le Christianisme romano-occidental.
(...)
L’Évangile de Marie, comme les autres Évangiles, nous invite à nous rendre libres à l'égard de nos dualités, qui nous " diabolisent ", nous déchirent.
Il ne s'agit pas de nier le corps ou la matière, mais, à travers notre non-appropriation et notre non-identification à ce plan du Réel, de les sanctifier, de les transfigurer, et -comme Myriam de Magdala à la suite de son "Bien-Aimé"- d'apprendre par l'imagination créatrice à mettre de l'Amour là où il n'y en a pas, là où, dans notre intelligence et notre désir "arrêtés", "entravés", en "état d'arrestation", il n'y en a plus...

Comme à Cana, si nous voulons vivre les noces, il nous faut imaginer l'ignorance réciproque transformée, par la parole inattendue, en amitié plus douce et "meilleure" que la passion des commencements; l'eau grise du quotidien réellement enivrée et changée en vin.

Il nous faut vivre le songe amoureux et éveillé de la Magdaléenne : la mort "passée" et "traversée", enfin "comprise" dans l'espace de la Résurrection.

L’Évangile de Marie ~~ Jean- Yves Leloup.
Cana

que sont les fleurs en réalité ?

Par Le 02/02/2014

"Regardez les fleurs : elles se ferment pendant la nuit, tandis que le jour elles s'ouvrent au soleil.

Eh oui, c'est un langage. Les fleurs nous parlent. Elles nous disent : "Vous ne pouvez ouvrir les âmes que par l'amour, la bonté, la douceur."

Mais qui les comprend ?"

Omraam Mikhaël Aïvanhov

Klimt

Gustav Klimt, le jardin aux tournesols

pas sur le chemin

Par Le 01/02/2014

"Ce n’est pas assez de faire des pas qui doivent un jour conduire au but ; chaque pas doit être en lui-même un but en même temps qu’il vous porte en avant." Goethe

Escalier

apprendre à aimer, rien d'autre

Par Le 15/01/2014

"Ne confondons pas les êtres aimés avec l’amour.

Nous sommes, les uns et les autres qui nous aimons, des fenêtres à ouvrir.

Dans la tradition zen on dit : Ne confonds pas le doigt qui montre la lune et la lune. L’amant et l’amante ne peuvent jamais être davantage que le doigt qui montre la lune.

Le pire qui puisse nous arriver c’est quand l’être aimé détourne l’amour à son profit. C’est alors le drame. C’est-à-dire quand l’être aimé se confond avec l’amour que vous lui portez, sans voir que cet amour n’est qu’invitation au dépassement.

J’apprends, dans l’amour que je porte à un être, que l’amour, et le sens de l’amour, est d’apprendre à aimer, rien d’autre."

Christiane Singer

Le couple remet le mariage de fixation

sais-tu si tu es à ta place ?

Par Le 11/01/2014

Il peut y avoir beaucoup de chemins, mais ils ont tous le même but. Il y a toujours la manière facile ou la manière difficile d'atteindre le but. Il y a la route directe, ou l'autre, sinueuse, qui conduit à travers routes et chemins de traverse avant d'arriver. Le choix dépend toujours de la personne. Tu es absolument libre de choisir ton propre chemin. Donc cherche-le et suis-le, même si, à la fin, tu prends conscience du temps que tu as perdu à suivre la route sinueuse alors que tu aurais pu si facilement prendre celle qui était directe.
Sais-tu où tu vas et ce que tu fais ? Sais-tu si tu es à ta place et si tu es en paix au fond de toi ?
Il est important que tu sondes ton propre cœur et que tu trouves, car tu ne peux donner le meilleur de toi si tu ne te sens pas à ta place, si tu ne fais pas ce que tu sais devoir faire avec joie et amour.

La petite voix, méditations quotidiennes d'Eileen Caddy (dans mon exemplaire il est à la date du 11 janvier, bizarrement dans d'autres éditions il se promène à une autre page !)

tous les dieux sont des cailloux

Par Le 02/01/2014

"(...) on est bloqué et souvent trahi, surtout par soi-même : trahi par son corps ou des aspects materiels, par ses emotions ou par ses pensées. Nous ne sommes pas responsables des émotions ou des pensées qui montent en nous, mais ne pas les entretenir, voila le lieu de notre responsabilité.
Quand on porte en soi une aspiration vers quelque chose de plus grand, il faut acquérir la discipline mais ce n'est pas le manque de discipline qui est grave : c'est la trahison intérieure qu'elle entraine.
Car c'est à ce moment là que s'immiscent toutes sortes de pensées, de justifications, de compromis et de mensonges.
La discipline, exterieure et surtout intérieure, est certainement la base la plus importante pour qui veut structurer son être véritable ... quand il résonne à ql chose de supérieur".

(...) Un simple caillou peut etre pour vous le rappel de votre chemin et de votre Absolu à vous.
Il est bon que les gens religieux aient des lieux sacrés, mais vous, vous pouvez faire de tout un lieu ou un objet sacré, absolument tout, parce que c'est votre intention qui importe".
Sachez que Dieu est un caillou, tous les dieux sont des cailloux, on peut entrer en contact avec eux ... et les mettre dans sa poche".

Selim Aïssel

les gros cailloux

Par Le 02/01/2014

Un jour, un vieux professeur de l'École Nationale d'Administration Publique (ENAP) fut engagé pour donner une formation sur la planification efficace de son temps à un groupe d'une quinzaine de dirigeants de grosses compagnies nord-américaines.

Ce cours constituait l'un des 5 ateliers de leur journée de formation. Le vieux prof n'avait donc qu'une heure pour "faire passer sa matière".

Debout, devant ce groupe d'élite (qui était prêt à noter tout ce que l'expert allait lui enseigner), le vieux prof les regarda un par un, lentement, puis leur dit : "Nous allons réaliser une expérience".
De dessous la table qui le séparait de ses élèves, le vieux prof sortit un immense pot de verre de plus de 4 litres qu'il posa délicatement en face de lui. Ensuite, il sortit environ une douzaine de cailloux à peu près gros comme des balles de tennis et les plaça délicatement, un par un, dans le grand pot. Lorsque le pot fut rempli jusqu'au bord et qu'il fut impossible d'y ajouter un caillou de plus, il leva lentement les yeux vers ses élèves et leur demanda :
"Est-ce que ce pot est plein ?".
Tous répondirent : "Oui".

Il attendit quelques secondes et ajouta : "Vraiment ?".
Alors, il se pencha de nouveau et sortit de sous la table un récipient rempli de gravier. Avec minutie, il versa ce gravier sur les gros cailloux puis brassa légèrement le pot. Les morceaux de gravier s'infiltrèrent entre les cailloux... jusqu'au fond du pot.
Le vieux prof leva à nouveau les yeux vers son auditoire et réitéra sa question :
"Est-ce que ce pot est plein ?".

Cette fois, ses brillants élèves commençaient à comprendre son manège.
L'un d'eux répondît : "Probablement pas !".
"Bien !" répondît le vieux prof.
Il se pencha de nouveau et cette fois, sortit de sous la table un sac de sable. Avec attention, il versa le sable dans le pot.
Le sable alla remplir les espaces entre les gros cailloux et le gravier. Encore une fois, il redemanda : "Est-ce que ce pot est plein ?".
Cette fois, sans hésiter et en choeur, les brillants élèves répondirent : "Non !".
"Bien !" répondit le vieux prof.
Et comme s'y attendaient ses prestigieux élèves, il prit le pichet d'eau qui était sur la table et remplit le pot jusqu'à ras bord. Le vieux prof leva alors les yeux vers son groupe et demanda :

"Quelle grande vérité nous démontre cette expérience ?"
Pas fou, le plus audacieux des élèves, songeant au sujet de ce cours, répondit : "Cela démontre que même lorsque l'on croit que notre agenda est complètement rempli, si on le veut vraiment, on peut y ajouter plus de rendez-vous, plus de choses à faire".
"Non" répondît le vieux prof.

"Ce n'est pas cela. La grande vérité que nous démontre cette expérience est la suivante :
"Si on ne met pas les gros cailloux en premier dans le pot, on ne pourra jamais les faire entrer tous, ensuite".
Il y eut un profond silence, chacun prenant conscience de l'évidence de ces propos.
Le vieux prof leur dit alors : "Quels sont les gros cailloux dans votre vie ?"

"Votre santé ?"

"Votre famille ?"

"Vos ami(e)s ?"

"Réaliser vos rêves ?"

"Faire ce que vous aimez ?"

"Apprendre ?"

"Défendre une cause ?"

"Vous relaxer ?"

"Prendre le temps... ?"

"Ou... tout autre chose ?"

"Ce qu'il faut retenir, c'est l'importance de mettre ses GROS CAILLOUX en premier dans sa vie, sinon on risque de ne pas réussir... sa vie. Si on donne priorité aux peccadilles (le gravier, le sable), on remplira sa vie de peccadilles et on n'aura plus suffisamment de temps précieux à consacrer aux éléments importants de sa vie.

Alors, n'oubliez pas de vous poser à vous-même, la question :
"Quels sont les GROS CAILLOUX dans ma vie ?"
Ensuite, mettez-les en premier dans votre pot (vie)"

D'un geste amical de la main, le vieux professeur salua son auditoire et quitta lentement la salle.

les êtres qui nous libèrent

Par Le 29/12/2013

mon dernier billet 2013 sur le blog Rudbeckia ...

"Plus je vieillis et plus je trouve qu'on ne peut vivre qu'avec les êtres qui nous libèrent,

et qui nous aiment d'une affection aussi légère à porter que forte à éprouver."

Albert Camus

photo Amélie Vuillon http://www.mplusnature.com

joie

Par Le 16/10/2013

"On appelle joie cet état de l'être qui n'a besoin de rien pour être heureux." André Gide

filette-sourire.jpg

une étoile qui danse

Par Le 01/10/2013

"Il faut encore avoir du chaos en soi pour pouvoir enfanter une étoile qui danse."

Friedrich Wilhelm Nietzsche (1844-1900)

montgolfiere-1.jpg

réussir sa vie

Par Le 09/09/2013

"C'est quoi réussir sa vie, sinon cela, cet entêtement d'une enfance,

cette fidélité simple : ne jamais aller plus loin que ce qui nous enchante,

à ce jour, à cette heure."

Christian Bobin

p8211133.jpgphoto de la pleine lune du mois d'août en pays cathare

l'amour est la clé

Par Le 31/07/2013

"L'amour est la clé de la vie. Tu détiens cette clé en toi."

Eileen Caddy, la petite voix, 31 juillet

anges-en-ciel.jpg

la sagesse du coeur

Par Le 16/07/2013

"La vraie intelligence est la capacité de l'esprit à respecter la sagesse du cœur."Jasmuheen

pb200038.jpg

unité et abondance

Par Le 25/06/2013

"Cherche et trouve la liberté de l'Esprit. Car là où il y a vraie liberté, il y a paix ; et là où il y a paix, il y a amour ; et c'est l'amour qui ouvre toutes les portes. Là où règne l'amour, il n'y a pas de critique, pas de condamnation et pas de jugement, car tu sais et comprends que tout est un en Moi et en mon Amour. Tu vois la famille humaine et tu vois que tous sont créés à Mon image et à Ma ressemblance. Tu vas au-delà de la surface jusqu'au coeur des choses, là où il n'y a pas de séparation et où tout se fond en une unité complète. Tu vois le meilleur en tous et en tout. Quand, en toi, tu es dans une paix parfaite, tu ne passes plus ton temps à essayer de changer les autres. Tu apprends simplement à ETRE, et en étant, tu crées un sens d'Unité avec toute vie, et la paix et l'amour règnent en maîtres."

Eileen Caddy, La petite voix, 25 juin (Editions le souffle d'or)

Horn of Plenty Orchid : Elixir de la game Amazonian Orchid Essences (PHIessences) : donner et recevoir, faire l'expérience qu'il n'existe aucune séparation.abondance.jpg

amour et lumière

Par Le 07/06/2013

"Love is the vehicle in which Light is carried. It is important your feelers are out all the time so you see the needs and answer them." Eileen Caddy

img-0995.jpg

s'approcher corps et âme de son âme-autre

Par Le 22/04/2013

une lecture lumineuse

"Dans le monde de l'esprit, le manque phallique, à l'inverse de la réalité physique, est inscrit dans l'homme. Il est symbolisé par la côte que Dieu a prélevée sur Adam pour créer sa compagne, son âme-autre. Nantie de son coté masculin, elle est donc créée au départ entière. L'homme, lui, ne peut récupérer sa côte qu'en réclamant son côté féminin. Alors seulement il est prêt pour sa femme. Une femme qui, reconnue sur terre, trouvera, elle, le courage de s'approcher de lui corps et âme."

Arouna Lipschitz, Dis-moi si je m'approche, Le voyage initiatique d'une femme moderne, 1999.

dsc00232-1.jpg

bonheur mode d'emploi

Par Le 16/04/2013

"J'ai passé mes premières années de jeune adulte à repousser à plus tard beaucoup de petites choses dont je savais pourtant qu'elles me rendraient heureux. J'ai eu la chance de me rendre compte un jour que je n'aurais jamais le temps de les faire, à moins de trouver ce temps nécessaire. Et c'est là que le reste de ma vie a commencé." Dr. Chris Peterson

Je vous invite à lire ici l'article de Paula Davis-Laack "Dix choses que les gens heureux font différemment" ...

Prendre soin de sa santé, de ses émotions, de ses projets, de son emploi du temps ... Parlons-en, si vous voulez !...

img-2822.jpg


je t'attendais

Par Le 13/04/2013

Je t'attendais...

Je t’attendais ainsi qu’on attend les navires
Dans les années de sécheresse quand le blé
Ne monte pas plus haut qu’une oreille dans l’herbe
Qui écoute apeurée la grande voix du temps

Je t’attendais et tous les quais toutes les routes
Ont retenti du pas brûlant qui s’en allait
Vers toi que je portais déjà sur mes épaules
Comme une douce pluie qui ne sèche jamais

Tu ne remuais encor que par quelques paupières
Quelques pattes d’oiseaux dans les vitres gelées
Je ne voyais en toi que cette solitude
Qui posait ses deux mains de feuille sur mon cou

Et pourtant c’était toi dans le clair de ma vie
Ce grand tapage matinal qui m’éveillait
Tous mes oiseaux tous mes vaisseaux tous mes pays
Ces astres ces millions d’astres qui se levaient

Ah que tu parlais bien quand toutes les fenêtres
Pétillaient dans le soir ainsi qu’un vin nouveau
Quand les portes s’ouvraient sur des villes légères
Où nous allions tous deux enlacés par les rues

Tu venais de si loin derrière ton visage
Que je ne savais plus à chaque battement
Si mon cœur durerait jusqu’au temps de toi-même
Où tu serais en moi plus forte que mon sang.

René-Guy CADOU
(1945)

img-2620.jpg


c'est le même bonheur, intact, à chaque nouvelle lecture, depuis presque 40 ans.
des suites de mots merveilleusement rangés qui touchent en moi un espace éternel, toujours neuf, toujours prêt à l'émerveillement de la rencontre, toujours libre de créer l'instant présent.
une chanson dont je connais chaque note et qui pourtant m'emporte ailleurs à chaque fois.
un cadeau à vivre et à partager, en dehors de l'espace et du temps.

comme nous sommes

Par Le 11/04/2013

"Nous ne voyons pas les choses comme elles sont, nous les voyons comme nous sommes." Anaïs Nin

Voila pourquoi tout ce que nous avons à faire est d'être au plus près de "qui nous sommes", absolument parfaits dans notre imperfection ...

we-don-t-see-things.jpg

la suprême beauté de la vie

Par Le 10/04/2013

"J'accueille avec amour la suprême beauté de la vie, qui est partout généreuse et vivifiante et se révèle à mon organisme à travers chacune de mes cellules". Willy Barral, 3 mars 1940 - 28 mars 2013

ocean-avril-2013.jpg

l'amour de soi

Par Le 03/04/2013

résolutions du jour !

img-0722.jpg

vous êtes le chemin et les voyageurs

Par Le 28/03/2013

"Mais je vous le dis, de même que le saint et le juste ne peuvent s'élever au-dessus de ce qu'il y a de plus élevé en chacun d'entre nous,
De même, le malin et le faible ne peuvent sombrer aussi bas que ce qu'il y a aussi en nous de plus vil.
Et de même qu'une seule feuille ne jaunit qu'avec l'assentiment silencieux de l'arbre tout entier,
Le fautif ne peut commettre de fautes sans la volonté secrète de vous tous.
Comme une procession, vous marchez ensemble vers votre moi-divin.
Vous êtes le chemin et les voyageurs.
Et lorsque l'un de vous chute, il chute pour ceux qui sont derrière lui, les prévenant de la pierre qui l'a fait trébucher.
Oui, et il tombe pour ceux qui sont devant lui qui, bien qu'ayant le pied plus agile et plus sûr, n'ont cependant pas écarté la pierre."
Khalil Gibran, Le Prophète
p1060123.jpg

exigez la liberté comme un droit

Par Le 26/03/2013

«Brisez vos limites, faites sauter les barrières de vos contraintes, mobilisez votre volonté, exigez la liberté comme un droit, soyez ce que vous voulez être. Découvrez ce que vous aimeriez faire et faites tout votre possible pour y parvenir.»
Richard Bach, Jonathan Livingston le goéland

img-1438.jpg

la compassion

Par Le 25/03/2013

"Puissé-je participer, à chaque instant de mon existence, à libérer les êtres de la souffrance et de ses causes et les aider à trouver le bonheur et ses causes. Puissé-je me souvenir qu'éprouver de la compassion pour les êtres commence par éprouver de la compassion pour soi-même et n'a rien d'égoïste, puisque nous sommes inclus dans tous les êtres." Dalaï Lama

dsc00563-compresse-1.jpg

À la lisière du connu et de l'inconnu

Par Le 22/03/2013

À la lisière du connu et de l'inconnu
Assise au pied d'un arbre
J'écoute le ruisseau de vos âmes
Murmurer des mots si doux
Que j'en suis touchée aux larmes


Oui le monde est beau
Oui nous sommes puissants
Oui tout est présent
À portée de nos mains

ferrand-rond-lumiere.jpg

l'amour démesuré

Par Le 21/03/2013

le message-cadeau d'une grande dame, dans les derniers jours de sa vie ... merci

"Oser aimer du seul amour qui mérite ce nom et du seul amour dont la mesure soit acceptable : l'amour exagéré. L'amour démesuré. L'amour immodéré."

Christiane Singer "Derniers fragments d'un long voyage"

d-douillet-20-mars.jpg

tabacum

Par Le 07/03/2013

"Je sus qu'en libérant la fumée vers le ciel, je libérais en moi ce qui devait être libre, et qu'ainsi je faisais la joie de toutes les plantes et de tous les animaux de la Terre. Tout cela, j'avais le pouvoir de le comprendre avec le coeur et le sang de la même façon, j'imagine, qu'un animal comprend le monde, pas avec le cerveau. J'ai repensé à ces révélations des années durant. Même aujourd'hui après tant de temps, leur souvenir me tient en éveil, la nuit. Je fus soudain convaincu que si je mêlais mon haleine à la fumée sacrée, je l'unirais à l'haleine de toute créature vivante sur cette terre, et que la lueur de la braise était le feu sacré du Grand Esprit. Ce même feu qui est dans le soleil. Je sus que dans le calumet toutes les parcelles de la nature se fondaient en une, devenaient une. La pensée me vint que si un jour je parvenais à comprendre la signification du calumet, avec les symboles qui s'y cachent, alors seulement je saurais ce que signifie : être un Indien, ce que signifie "être soi-même".

De mémoire indienne, Tahca Ushte

même si je ne sais pas comment

Par Le 06/03/2013

1. Je choisis de vivre tous les jours la grâce et la bénédiction divine... même si je ne sais pas comment  

2.Je choisis de rester fidèle au Divin... même si je ne sais pas comment


3. Je choisis d'avoir un travail épanouissant, bien rémunéré et de le garder... même si je ne sais pas comment

4. Je choisis d'avoir un(e) époux(se) qui puisse me comprendre... même si je ne sais pas comment

5. Je choisis que la bénédiction Divine soit sur moi et sur ma famille... même si je ne sais pas comment
 
6. Je choisis d'avoir assez de ressources pour couvrir mes ambitions... même si je ne sais pas comment
  
7. Je choisis d'avoir une santé de fer et un corps épanoui... même si je ne sais pas comment

8. Je choisis que les circonstances me soient toujours favorables... même si je ne sais pas comment


9. Je choisis de vivre la Magie au quotidien dans ma vie... même si je ne sais pas comment

10. Je choisis la paix pour le Monde... même si je ne sais pas comment

11. Je choisis pour ma famille et mon entourage, la paix, la prospérité et une longue vie même... si je ne sais pas comment

12. Je choisis que le Divin m'accorde ce vœu... même si je ne sais pas comment

 

« Et si la seule prière que vous dites dans votre vie, c'est dire MERCI, cela suffit. » Eckhart Tolle



la valeur de la vie

Par Le 05/03/2013

"Sous peine de devenir fou lorsque vous quitterez ce monde, apprenez à ne pas vous attacher aux choses comme si vous pouviez les emporter au moment de la mort." Dalaï-Lama

img-0893.jpg

photo par moi, grottes de Ferrand, Octobre 2012

la réalité n'est ni bonne ni mauvaise

Par Le 25/02/2013

"Nous ne pouvons être heureux si nous préférons nos illusions à la réalité. La réalité n'est ni bonne ni mauvaise. Les choses sont telles qu'elles sont et non telles que nous préférerions qu'elles soient. Le comprendre et l'accepter est l'une des clés du bonheur." Dalaï Lama

download.jpeg

fais ce qui est juste pour toi

Par Le 24/02/2013

"Ce qui est juste pour une âme peut ne pas l'être pour une autre. C'est pourquoi il est important que tu recherches ta propre direction intérieure et agisses en accord avec elle sans essayer de suivre les pas de qui que ce soit d'autre. Tu as la liberté de choix, car J'ai donné à tous les êtres humains le libre arbitre. Tu n'es pas comme une marionnette qui ne peut bouger sans que l'on en tire les ficelles. Tu peux chercher et trouver ce qui est juste pour toi; ce que tu en fais dépend de toi. Tu ne trouves la vraie paix du coeur et de l'esprit que lorsque tu suis ce que tu sais être juste pour toi; alors, cherche et continue à chercher jusqu'à ce que tu aies trouvé ta voie spécifique, puis suis-là. Cela peut vouloir dire te tenir debout tout seul et faire quelque chose d'étrange pour les autres, mais ne te laisse pas effrayer. Fais toute chose parce que tu sais intérieurement que c'est juste pour toi et que le meilleur en sortira."

Eileen Caddy, "la petite voix, méditations quotidiennes" 24 février

p1040813.jpg

élargir notre cercle de compassion

Par Le 22/02/2013

"Un être humain est une partie du tout, que nous appelons “Univers”, une partie limitée par l’espace et le temps. Il expérimente lui-même ses pensées et ses sentiments comme quelque chose de séparé du reste - une sorte d’illusion d’optique de la conscience. Cette illusion est pour nous une forme de prison, nous limitant à nos désirs personnels et à l’affection pour les quelques personnes vraiment proches de nous. Notre tâche doit être de nous libérer de cette prison en élargissant notre cercle de compassion, pour embrasser dans leur beauté toutes les créatures vivantes et l’ensemble de la nature." Albert Einstein

présent

Par Le 09/02/2013

corps qui pétille

vie qui frétillle

immense gratitude

gratitude

ici et maintenant

rien que le présent

présent

et moi toute entière

entière

pour longtemps

longtemps

img-0836.jpg

texte et photo BéD

je suis parce que nous sommes

Par Le 06/02/2013

Une jolie histoire à méditer... récupérée sur Facebook ce jour, de même que la photo. Merci ! Construisons ce monde autour de nous, à portée de bras et de coeur.

Un anthropologue a proposé un jeu à des enfants d'un village sud-africain.
Il a mis un panier de fruits près d'un arbre et a dit aux enfants que le premier arrivé, gagnait tous les fruits.
Au signal, tous les enfants se sont élancés en même temps ...en se donnant la main. Puis ils se sont assis ensemble pour profiter de leur récompense.

Quand l'anthropologue leur a demandé pourquoi ils avaient agi ainsi alors que l'un d'entre eux aurait pu avoir tous les fruits, ils ont répondu : "Ubuntu. Comment l'un d'entre nous peut-il être heureux si tous les autres sont tristes ?"

Dans la culture Xhosa, "Ubuntu signifie " Je suis parce que nous sommes."

image-enfants-pieds.jpg

ombre et lumière

Par Le 06/02/2013

"L'ombre et la lumière émergent en parallèle : c'est un aspect essentiel de la transition du milieu de la vie. (...) C'est la résistance au processus qui génère des problèmes, et non le processus en lui-même qui, lui, est le garant d'un authentique enrichissement intérieur." Christophe Fauré "Maintenant ou jamais"

Il n'y a pas d'âge pour traverser cette période salutaire d'individuation ... Et c'est le bon moment pour poser de nouvelles fondations d'hygiène de vie alimentaire, physique et émotionnelle, à l'écoute des besoins de notre être profond.

img-2887.jpgphoto EmT Juillet 2011, église de Périllos

tomber amoureux

Par Le 01/02/2013

“Tomber amoureux n’est pas du tout la chose la plus stupide que font les gens - mais la gravitation ne peut en être tenue pour responsable” Albert Einstein


img-0384.jpgfleur d'hibiscus (photo BéD) : sensualité de l'âme, spiritualité dans la sexualité

trouver tous les chemins

Par Le 31/01/2013

Trouver tous les chemins
Oser toutes les routes
Savoir se reposer
Et repartir gaiement
Choisir le vrai bonheur
Celui du cœur en soi
Aller vers les rencontres
Embrasser son destin
Comme on embrasse en rêve
Tous les soirs de sa vie
Les joues des enfants tendres
Qu’on a eus contre soi

p9190983.jpgtexte et photo BéD

sois heureuxun instant

Par Le 30/01/2013

"Sois heureux un instant. Cet instant c'est ta vie." Omar Khayyâm

Deux petits représentants des nuages de papillons qui marchaient avec nous sur les chemins de randonnée, compagnons d'un instant...

p8090801.jpg

commencez dès maintenant

Par Le 29/01/2013

Avant d'être totalement engagé, l'hésitation nous tenaille, il reste une chance de se soustraire à l'initiative. Toujours la même impuissance devant la création. Il existe une vérité première dont l'ignorance a déjà détruit d'innombrables idées et de superbes projets : au moment où l'on s'engage totalement, la providence éclaire notre chemin. Une quantité d'éléments sur lesquels l'on ne pourrait jamais compter par ailleurs contribue à aider l'individu. La décision engendre un torrent d'événements et l'individu peut alors bénéficier d'un nombre de faits imprévisibles, de rencontres et du soutien matériel que nul n'oserait jamais espérer

Quelle que soit la chose que vous pouvez faire ou que vous rêvez de faire, faites-la.

L'audace a du génie, de la puissance et de la magie. Commencez dès maintenant.

Goethe

img-0084.jpg

le hasard

Par Le 28/01/2013

"Le hasard, c'est Dieu qui se promène incognito." Albert Einstein

img-2843.jpg

savoir perdre son temps

Par Le 26/01/2013

"C'est mourir avant l'heure que de faire des économies de vie. Le bonheur, ce n'est pas de gagner du temps : c'est de savoir le perdre." Claude Roy

et on se retrouve tellement dans le "temps perdu" ...

photo0223.jpg

aujourd'hui est le meilleur jour

Par Le 25/01/2013

Tout est dit ! bon vendredi à tous Sourire

dalai-lama-aujourd-hui.jpg

accueillir le silence

Par Le 24/01/2013

Sachons accueillir la solitude et le silence, dans la confiance absolue.

chopra-choix-1.jpg

merci

Par Le 23/01/2013

« Si la seule prière que vous dites dans votre vie c'est MERCI, cela suffit. » Eckhart Tolle

pb200041.jpg


détachement et désir

Par Le 21/01/2013

"Le détachement de la simple satisfaction des besoins est la condition

pour libérer en nous un espace où peut se déployer le désir."

Bernard Ugeux

pc240091.jpg

la vie à l'état pur

Par Le 19/01/2013

L'amour est le miracle d'être un jour entendu

jusque dans nos silences, et d'entendre en retour

avec la même délicatesse : la vie à l'état pur,

aussi fine que l'air qui soutient

les ailes des libellules

et se réjouit de leur danse.

Christian Bobin

img-2824.jpg

penser grand

Par Le 18/01/2013

"Tu dois faire l'effort de penser positivement, de penser grand, de penser réussite. Puis regarde-la arriver pas à pas." Eileen Caddy

Cela s'appelle entrer dans le cercle vertueux ... oui, cela demande un effort au début, "tu dois".

Ensuite, tu laisses le mental à sa place, au service de ton être intérieur, et cela coule de source. De source claire !

img-2456.jpg

voir, entendre, aimer

Par Le 16/01/2013

"Voir, entendre, aimer. La vie est un cadeau dont je défais les ficelles chaque matin, au réveil." Christian Bobin

matin-decembre.jpg

pour faire un monde

Par Le 15/01/2013

"Il ne faut pas de tout pour faire un monde. Il faut du bonheur et rien d'autre." Paul Eluard


img-2710.jpg

moment présent

Par Le 13/01/2013

"L'intensité de la souffrance dépend du degré de résistance au moment présent" Eckhart Tolle.pb200029.jpg

l'univers et moi

Par Le 23/12/2012

"L'esprit de Dieu ne cesse jamais de travailler en nous,

nous invitant à chercher le but final de notre existence au-delà de nous-mêmes."

Christian Bobin

soleil-st-brevin-dec-2012.jpg

votre corps est un temple

Par Le 10/12/2012

"Votre corps est un temple, prenez-en grand soin et souvenez-vous que vous êtes la divinité qui y vit." Osho

osho.jpg

trouver son caillou blanc

Par Le 30/11/2012

"Personne n'est né par hasard. Il existe, dans l'Apocalypse, une parole qui dit qu'un caillou blanc est remis à celui qui a été fidèle et sur lequel est inscrit un nom que lui seul peut connaître. Chacun de nous est concerné par son caillou blanc : nous avons à découvrir le nom qui est écrit dessus. C'est notre chemin qui apporte la réponse." Retrouver la source intérieure, Bernard Ugeux, Les éditions de l'Atelier, 2001

caillou-mesquer.jpg

message éternel

Par Le 05/11/2012

La mort et la vie, l’existence et la non-existence,
Le succès et l’échec, l’aisance et la pauvreté,
La vertu et le vice, la sagesse et l’ignorance,
La louange et le blâme, la soif et la faim,
Le chaud et le froid, se suivent,
Se transforment sans cesse et forment le destin.
De même, jours et nuits se succèdent
Sans qu’on puisse savoir depuis quand.
Mais tous ces événements ne doivent perturber
Ni le corps ni l’esprit :
Il suffit jour après jour de garder son calme,
De vivre en paix avec les autres,
De s’adapter aux circonstances et, ainsi,
De développer ses dons naturels.

Tchouang Tseu

vous restreindre ne sert pas le monde

Par Le 05/11/2012

Notre peur la plus profonde n’est pas que nous ne soyons pas parfaits.
Notre peur la plus profonde est que nous sommes puissants au-delà de toute mesure.
C’est notre lumière et non pas notre obscurité qui nous effraie le plus.
Nous nous demandons : Qui suis-je, moi, pour être brillant, radieux, talentueux ou merveilleux ?
En fait, qui êtes-vous pour ne pas l’être ?

Vous êtes un enfant de Dieu.
Vous restreindre ne sert pas le monde.
Ce n’est pas une attitude éclairée que de vous diminuer devant les autres afin qu’ils ne se sentent pas en insécurité.
Nous sommes nés pour rendre manifeste la gloire de Dieu qui est en nous.
Elle ne se trouve pas seulement chez quelques-uns ; elle est en chacun de nous.
Et dans la mesure où nous laissons briller notre propre lumière, nous permettons inconsciemment aux autres de faire de même.
Lorsque nous sommes libérés de notre propre peur, notre présence libère automatiquement les autres.

Le texte de ce très beau poème de Marianne Williamson, écrivain américain, fut repris par Nelson Mandela lors de son discours d’investiture à la présidence de la République de l’Afrique du Sud en 1994.

feuilles-et-eau.jpg